Arrow
Arrow

Histoire

Comandante Navarro alias « Carapalo » Un des héros oubliés de la Libération de Paris…

Écrit par Administrateur.

El « comandante », Antonio Navarro Beamonte s’est bien battu, en ce jour funeste du 6 février 1945 à Santa- Eulalia en Espagne. Il aurait du avoir 28 ans. Encerclé par le corps de la police armée franquiste dans la maison de las « Carboneras altas », dans la famille qui l'hébergeait, il a lutté jusqu’au bout,  fidèle à ses idéaux. Retranché dans la maison avec son camarade d’armes « guerrillero» Prudencio Muñoz, il sait qu’il n’y aura pas de quartier, un feu nourri se déclenche lors du deuxième assaut…aussi quand il dégoupille et lance sa grenade qui n'explose pas, le militaire à qui elle était destinée, l’abat froidement d’une balle de revolver. C’est la fin, les armes à la main pour ce combattant antifasciste de la première heure fidèle jusqu’au bout à ses idéaux…

Haute-Garonne. Toulouse. La série noire des comtes de Toulouse.

Écrit par Administrateur.

Du premier au dernier comte de Toulouse, cette fonction régalienne ne semble pas avoir été un long fleuve tranquille. Pour peu que l’on s’attarde à déterminer le destin des uns et des autres, on s’aperçoit de la redoutable position qui était la leur.

Aveyron. A la Couvertoirade, les Templiers ont leur médaille..

Écrit par Administrateur.

Le nom de Cubertoirata apparaît dès le XIe siècle lors de la délimitation des territoires appartenant à l’abbaye de Gellone, à Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault) aujourd’hui.

Aude. Croisade contre les Albigeois. Regard sur l'épopée de la famille d'Aniort, par l'abbé Pierre Moulis.

Écrit par Administrateur.

Née dans l’Albigeois, l’hérésie cathare se répandit aussitôt après dans le Comté de Toulouse et ses dépendances. Beaucoup de féodaux la soutenait. On ne saurait dire si dans le Pays de Sault, elle avait des racines profondes. Un apologiste de cette secte, Napoléon Peyrat, dans son Histoire des Albigeois. Les Albigeois et l’Inquisition, Paris, 1870-1873, 3 vol.) semble croire que tout le pays était ouvertement hérétique ; mais cet auteur a dramatisé toutes choses, quoique le fond de son histoire soit vrai : il s’appuie toujours sur les preuves de la chronique de cette guerre de Guy de Puylaurens, ou des papiers de l’Inquisition (Collection Doat, Archives Nationales, Paris). Quoi qu’il en fût, les Albigeois existaient : ils refusaient d’obéir au pape et au roi de France. Il fut alors décidé qu’on ferait appel à une croisade pour en finir avec eux. Les gens du Nord allaient faire la guerre sainte à ceux du Midi.

Ariège. Montségur. A propos de deux ou trois idées reçues…

Écrit par Administrateur.

Depuis le début de la Croisade contre les Albigeois, trente années s’étaient écoulées sans que le château de Montségur ne soit inquiété. Il fallut le drame d’Avignonet, en 1242, pour polariser l’attention sur la forteresse du Pog.