Arrow
Arrow

Religieux

Aveyron, Coupiac : le saint Voile de la Vierge Marie

Écrit par Administrateur. Posted in Religieux

Aussi loin que l’on puisse en trouver le souvenir, Coupiac, village médiéval cossu, siège d’un puissant château qui appartint aux comtes d’Armagnac, est le réceptacle d’une insigne relique fort vénérée, constituée d’un fragment du Voile de la mère de Jésus. Sans l’intense dévotion dont cette relique a immédiatement eu  les faveurs, il y a beau temps qu’il n’en resterait rien. Se présentant sous la forme d’un fragment de 0,52 m x 0,48 m ; elle aurait été, dit-on, offerte par le pape Clément V, oncle de l’épouse de Jean1er d’Armagnac, dont Coupiac était l’un de ses fiefs. Objet de la ferveur populaire, l’existence même de cette relique n’en fut pas moins menacée lorsque survint les querelles luthériennes. Des âmes pieuses prirent alors l’initiative de la soustraire aux outrages des Huguenots.

Or, elle fut si bien cachée qu’on fût bien incapable de la retrouver lorsque la paix religieuse revint. Se produisit alors un étrange phénomène. Dans un terrain attenant au cimetière paroissial, on ne fut pas sans remarquer la présence d’un taureau grattant continuellement le sol, presque toujours au même endroit. Or, ce taureau ne mangeait pas ; il était cependant très gros . Avec lui paissait un autre animal, qui mangeait beaucoup et maigrissait à vue d’œil. Intrigués, les habitants creusèrent et trouvèrent finalement un coffret contenant la petite relique. Le tout absolument intact.  Ce « miracle » fut célébré par la construction d’un oratoire sur les lieux même de la découverte !
Deux siècles plus tard, à l’approche de l’orage révolutionnaire, le « Voile » de Coupiac fut encore mis à l’abri. (On l’aurait caché dans un soufflet de forge, dit-on).
De nos jours comme par le passé, ce vestige biblique est l’objet d’un pèlerinage annuel : chaque deuxième dimanche après Pâques, cette relique est exposée à la ferveur des fidèles, protégée dans une châsse d’argent doré.

Evidemment, son authenticité a fait débat. Ce fragment de toile, ainsi que nous le disions, mesure 48 cm sur 52 cm ; en fils roussâtres, rapiécé en plusieurs endroits, et a été confronté à d’autres fragments de même nature. Ainsi, il a été mis en parallèle avec le Voile de la Vierge de Longpont-sur-Orge (Essonne), de Saint-Marc, à Venise, et de Sainte-Anastasie, de Rome. Or, celui de Coupiac s’est absolument révélé du même fil, de la même trame et de la même couleur que ses homologues. L’hypothèse est que toutes ces « parcelles » ont en commun le Voile de Sainte-Anastasie, de Rome.

La fête de l’Assomption de Marie, le 15 août, est aussi un jour de pèlerinage et de fête vôtive pour le village.