Arrow
Arrow

Vie quotidienne

Toulouse : Labouche, éditeur de cartes postales (1895-1950)

Écrit par Administrateur. Posted in Vie quotidienne

En 1993, le Conseil Général de la Haute-Garonne s’est porté acquéreur de ce qui subsistait du fonds de la Maison Labouche Frères, qui éditait des cartes postales jusqu’au milieu des années 30. Ce fonds est désormais consultable aux Archives Départementales de la Haute-Garonne, à Toulouse, et regroupe environ 30 000 vues couvrant tout le Sud-Ouest, le Languedoc et même l’Aveyron.

La Maison Labouche est l’œuvre de deux frères, Eugène (1867-1938) et Lucien (1864-1959), qui apprennent le métier dans l’atelier familial. Jusqu’alors vouée à l’impression de lithographies, la petite entreprise se reconvertit dans l’édition de cartes postales. Il s’agit d’un nouveau moyen de communiquer favorisé par l’apparition d’un procédé émergeant : la phototypie. C’est une technique mêlant celle de la photographie et de l’impression à plat. Les premières cartes postales Labouche sortent des presses dans les toutes dernières années du XIXe siècle. L’essor de la carte postale à cette époque fait entrevoir aux frères Labouche de grandes possibilités d’extension. Si bien qu’en 1910, pas moins de soixante ouvriers travaillent dans leurs ateliers. Son siège social est en plein-centre de Toulouse, au 10, place du Capitole.  
Le déclin commence avec les années 20, la carte postale perd de son charme. Le choix des vues et la qualité du support s’en ressentent. Finalement, au début des années 50, c’est l’arrêt de la production. Certains vieux Toulousains se souviennent de cartons entiers de cartes postales, de plaques de verre, de négatifs laissés à l’abandon sur la voie publique, près de l’ancienne imprimerie.

 

Aujourd’hui très prisées des cartophiles (ainsi appelle-t-on les collectionneurs de cartes postales), les vues Labouche se distinguent surtout par des séries consacrées aux types toulousains, pyrénéens méridionaux et scène de vie courante. En 1901, la collection « Sites et Monuments du Sud-Ouest » est créée. Elle permet de revoir les monuments, les châteaux et les édifices religieux tels qu’ils étaient à la Belle Epoque.
En tout, « l’héritage » Labouche représente environ soixante mille pièces !
Actuellement, les Archives Départementales de la Haute-Garonne s’emploient à inventorier, à reproduire et à décrire cette formidable collection. Espérant un jour être en mesure d’envisager une publication systématique.