Arrow
Arrow
Slider

Littérature et bibliophilie

Le véritable Cascabel de Jules Verne

Écrit par Administrateur. Posted in Littérature et bibliophilie

Le véritable Cascabel de Jules Verne

                                          Ecrit par Paul Baudevin le 5 août 2020

  Jules Verne,[1] écrivain prolifique, fut avant tout un homme de théâtre et un maître de l’adaptation scénique. Sa fascination pour les gens du cirque et du théâtre le conduisait à fréquenter assidument les lieux où se produisaient des artistes de toutes les disciplines et de même que dans ses lectures de la presse tant régionale que nationale, il ne manquait pas de s’en inspirer pour créer ses personnages et ses récits. Bien que certains lui prêtent un rôle d’initié aux mystères, particulièrement à ceux de Rennes-le-Château, force est de constater que ses sources d’inspiration étaient moins ésotériques mais plutôt procédaient d’une observation attentive de l’actualité de son temps ainsi que la lecture assidue des grands écrivains de son époque. Ainsi, dans un de ses romans, César Cascabel, écrit en 1890, on a voulu voir là l’évocation d’un lieu géographique de l’Aude, à Alet précisément où se situe une gorge du même nom ; quant au prénom, il proviendrait d’une de ces routes nommées route de César située pour l’une d’entre-elle dans les environs. Nous allons ici donner une toute autre lecture des sources de ce roman…

  En cette fin de XIX è siècle, les distractions populaires étaient riches et variées : on peut évoquer principalement le théâtre, le cirque et les cafés concerts. Ceux-ci étaient présents en grand nombre dans les métropoles mais aussi dans des villes plus modestes de province. Le public se pressait pour admirer les artistes tels que les chansonniers Octave Pradel, Suzanne Lagier et tant d’autres.[2] Evidemment la magie et la prestidigitation étaient bien représentés avec entre-autres le commandeur Cazeneuve[3] sans omettre les comiques tel le désopilant Constant qui faisait sensation et permettait à une assistance riant aux larmes de passer un sacré bon moment. Mais à l’Alcazar, à l’Eldorado, au théâtre Montcravel, ou encore au Jardin Oriental de Toulouse se pressaient les curieux pour admirer des artistes se distinguant par à la fois l’originalité de leur numéro et parfois leur audace. On peut citer le célèbre Blondin, funambule intrépide[4] et de nombreux artistes dont la mémoire a souvent perdu le nom. Mais s’il en est un qui est devenu doublement célèbre, c’est le dit Cascabel…[5] Il était connu comme comédien fantaisiste, artiste célèbre de café-concert, mais aussi meneur notoire à Bordeaux d’un mouvement qui accompagna la chute du Second Empire en janvier 1871 ; le véritable Cascabel[6] expérimente ses premières créations d’homme Protée dans les grandes villes françaises, à l’affiche des Folies-Bordelaises ou du Théâtre du Pré-Catelan de Toulouse dans les années 1870. Le comédien au verbe haut, au physique avantageux et à la renommée montante excellait dans la ventriloquie et dans le transformisme : ces deux techniques associées permettaient à l’artiste de revêtir une apparence totalement originale donnant l’illusion sur scène de voir surgir des personnages très différents par leur profil et leur voix !

   Mais un fait ignoré est que celui qui portait le nom évocateur d’un crotale -le cascabel- a inspiré l’écrivain Jules Verne qui dans ses Voyages extraordinaires contait les tribulations d’une troupe de saltimbanques se déplaçant dans leur belle roulotte menée par César Cascabel. Afin de se tirer de situations difficiles lors de leur retraite d’Amérique afin de rejoindre leur Normandie natale, celui-ci utilisa entre-autres ses talents de ventriloque pour déjouer les mauvaises intentions des malandrins les poursuivant. Dans le livre éponyme, Jean, manipulateur de balles de métal et d’objets en équilibre rappelle les deux grands précurseurs de la discipline, Séverus Shaffer (1857-1950) et Paul Cinquevalli (1859-1918) alors très en vogue dans les établissements de spectacle à la mode de la fin du XIX è siècle. Un programme du Cirque d’Hiver de Paris publié par l’Officiel du Théâtre du 4 avril 1882 annonce à la fois le jongleur Séverus Schaffer dans les Pyramides de Cristal et le numéro stupéfiant du célèbre comédien transformiste et ventriloque M. Cascabel autrement connu par le sobriquet d’homme Caméléon. Et le Journal d’Amiens du 18 juillet 1888 comme le Progrès de la Somme du 13 courant [7]ne tarissaient pas d’éloges sur les performances de l’artiste lors de la venue estivale du cirque Rancy. C’est lors de ces représentations que le grand écrivain a pu les voir, admirer leurs performances et s’en souvenir pour inventer les deux personnages de Jean et César Cascabel…[8]. Le sujet séduira d’ailleurs les deux fils de Théodore Rancy, qui ont connu Jules Verne en juin 1889 lors de l’inauguration du cirque d’Amiens – rebaptisé bien plus tard en 2003 Cirque Jules Verne – dont ils firent l’ouverture avec la troupe familiale. Ainsi, Alphonse Rancy, associé à son frère Napoléon, va créer et faire jouer en mars 1898, au Cirque Rancy de l’avenue de Saxe à Lyon, son César Cascabel, une pantomime en 21 tableaux adaptée du roman de Jules Verne publié huit ans plus tôt et interprétée notamment par la famille Hassan. Cette étonnante représentation a dû laisser le romancier sans voix et sans mots ! 

 Le doute n’est donc pas permis, le héros Vernien a bel et bien existé ! Soyons sûrs qu’à la lecture du livre, il a dû apprécier grandement ses aventures romanesques… Rendons hommage à ce grand artiste qui a marqué son époque par à la fois la qualité et la grande originalité de ses spectacles et qui serait certainement tombé dans l’oubli si le grand écrivain n’en avait pas fait le héros de son livre...



[1] 8 février 1828 à Nantes décédé le 24 mars 1905 à Amiens.

[2] Paulus Trente ans de Café-concert Souvenirs recueillis par Octave Pradels Société d’Édition et de Publications, 9, rue St-Joseph, Paris

[3] Bernard Marius Cazeneuve, dit le Commandeur Cazeneuve, né le 12 octobre 1839 à Toulouse où il est mort le 12 avril 1913,  aventurier, magicien-prestidigitateur français.

[4]Jean François Gravelet dit Blondin  /   Il fut le premier à franchir les chutes du Niagara…

[5]  Célèbre transformiste, ventriloque, chanteur et comédien italien né à Rome en 1867 et mort à Viareggio en 1936. Il fut un des premiers à utiliser l'appareil des frères Lumière tournant une dizaine de films de ses prestations.

[6] Ce fait a été signalé dans un livre paru dernièrement : Rennes-le-Château, Castelnègre, Ed Pegase  M. Azens, M. Vallet 2020.

[8]- Jules Verne, César Cascabel. Les Voyages extraordinaires, 85 dessins de George Roux, Paris Hetzel, 1890.

Musée Jules Verne : https://julesverne.nantesmetropole.fr/home/approfondir/le-monde-de-jules-verne.html