Arrow
Arrow

Rennes-le-Château

Le Diable et le chemin de croix signés Giscard de Lestelle- St- Martory Haute Garonne (31)

Écrit par Administrateur. Posted in Rennes-le-Château

 

Le petit village de Lestelle dans la plaine de la Garonne fait partie de ces lieux qui  retiennent  rarement l’attention du touriste pressé. Il est vrai que celui-ci a déjà fort à faire avec les sites de Saint-Bertrand-de Comminges, l’église émouvante et mystérieuse de Valcabrère, ou encore celle célèbre de Montsaunes et ses mystérieuses fresques templières fort bien conservées. Le hasard, voire la curiosité a fait qu’un bel après midi de l’année passée, nos pas nous ont porté vers ce village recélant bien des curiosités.

 

Le nom du village serait issu d’un antique monument païen portant jadis le nom de Lestelette. Le nom de Stella est porté dans la charte du village datée de 1243, est-ce une allusion au pèlerinage de St Jacques de Compostelle ? En tout cas Stella étant la racine latine du mot étoile, que l’on retrouve dans Lestelle et Compostelle, tout autorise à le penser…

Un peu d’histoire ne nuisant pas, sachez que les origines du village sont très anciennes : Dans le quartier de Campagnan, deux pierres du Néolithique et du Paléolithique sont les témoins de l’existence d’une occupation humaine à cet emplacement. Quant au lieu dit St-Pé, un tumulus atteste d’une présence gauloise. Les Romains, dit-on transformèrent celui-ci en un fortin entouré de fossés ; En l’an 410, les barbares déferlant sur cette riche plaine s’imposent et occupent la région durant 90 ans. Les contes du Comminges et l’Abbé de Bonnefont, quant à eux vont conclure un pacte de paréage, le seigneur garantissant sa protection. Le Castéras, unique château fort du lieu est tombé en ruine aux alentours du XVème siècle. L’église de Saint-Pé (dans la plaine de la Garonne) date du VIIème, voire du VIIIème siècle et elle aurait été bâtie sur les ruines d’un fortin romain.

Mais dirigeons nous vers celle du village construite quant à elle au XVIIème, levez les yeux et découvrez le beau portail orné de belles colonnes de marbre rouge provenant de l’abbaye de Bonnefont, et c’est en faisant le tour du monument que vous pourrez apercevoir tout en haut de nombreuses et énigmatiques gargouilles offrant à celle-ci son aspect gothique. Sur la façade, vous pourrez admirer en outre la descente de croix provenant elle aussi de l’abbaye précédemment nommée ; A la sortie du village, récemment a été rénovée la Chapelle Notre Dame de Piété (1853) qui possède deux petits oratoires en pierre taillée ainsi qu’un autel en marbre rouge de Sarrancolin récupéré aussi dans l’abbaye. Au dessus du portail se trouve la statue en terre cuite de Notre Dame des sept douleurs.


Eglise de Lestelle

détail diable

Mais, entrons donc dans cette belle église : un magnifique autel en marbre sculpté, ainsi qu’un bénitier de belle facture s’offrent à vos yeux. Une curiosité vous attend, suivie d’une belle surprise : Dans un angle est érigée une rare statue de Saint-Michel terrassant le dragon, signée du statuaire Toulousain Giscard ; leur présence est suffisamment rare pour ne pas les signaler… l’une d’entre elles en son temps avait été décrite dans nos colonnes, intitulée le diable de Loudun. La particularité de celles-ci est d’avoir la même tête que le fameux démon supportant le bénitier de Rennes-le-Château… Enfin, vous pourrez admirer un très beau chemin de croix signé également Giscard, de même facture que celui célèbre de l’église Ste Marie Madeleine rénovée en son temps par l’Abbé Saunière sur les directives d’un mystérieux commanditeur… L’on se doit de signaler pour les amateurs et « chasseurs » à leur heure de ces fameux chemins de croix, bien qu’aujourd’hui ceux-ci soient beaucoup plus discrets que par le passé, les stations présentes ont perdues leur ornement de faîtage composé d’une tour surmontée d’une pièce en laiton, et de deux statuettes en terre cuite représentant un saint. Mais une investigation rapide à proximité a laissé apparaître l’endroit sécurisé ou ils gisent entreposés à même le sol. En tout cas, les stations ont conservées leurs belles couleurs, et l’on apercevoir sur certaines d’entre elles le nom du donateur…

Nous tenons à remercier Monsieur le Maire de nous avoir accueillis si aimablement en nous fournissant des indications précieuses et en nous permettant de réaliser cette visite qui contribuera, nous le souhaitons à promouvoir ce joli village au patrimoine très bien conservé1.

Michel AZENS

1 -  A signaler un insolite lavoir fermé du XIXe avec des margelles en marbre gris, unique dans la région.