Arrow
Arrow

Archéologie

Haute-Garonne. Martres-Tolosane, la Villa Chiragan : une visite mémorable au musée Saint-Raymond à Toulouse, ou Hercule dans tous ses états, par Michel Azens.

Écrit par Administrateur. Posted in Archéologie

Martres-Tolosane, situé à une soixantaine de kilomètres au Sud-Ouest de Toulouse est un village de 2200 habitants connu pour la qualité de sa production de faïences. Mais c’est aussi le lieu où, en 1826, fût trouvé, à proximité, un site archéologique exceptionnel au lieu dit Chiragan.

            Martres-Tolosane

Effectivement, sur l’emplacement d’une immense villa romaine située en bordure de la Garonne et de la route qui menait à Tolosa, furent mis au jour une quantité impressionnante de sculpures. Des dizaines de portraits romains en marbre représentant les empereurs romains successifs, du 1er au IIIème siècle, ainsi que deux de leurs épouses, sans compter des bustes représentants des proches du pouvoir, forment ainsi une des collections les plus importantes d’Europe, en tout cas la deuxième de France après celle du Louvre...
Un lot important de répliques de sculptures grecques font également partie de l’inventaire. Ces œuvres furent eréalisées dans les ateliers romains et ornaient les villas les plus riches. A l’origine l’art Grec préférait le bronze pour restituer toutes les finesses de l’anatomie des sujets représentés, mais la plupart des bronzes furent fondus dans l’antiquité et réutilisés. Ainsi avons-nous perdu la quasi totalité de la sculpture grecque.  Dès la conquête du monde grec par Rome, les remarquables sculptures ont ainsi été copiées et multipliées. Vous pourrez en admirer de magnifiques exemples dans le musée Saint Raymond *. En outre, vous pourrez contempler six médaillons ornés de bustes sur les douze que comptait la villa Chiragan. Ils représentent les dieux du panthéon romain.
Cette somptueuse villa à vocation agricole, s’étendant sur une surface de plus de seize hectares repérés, était édifiée sur un domaine estimé à mille hectares. Deux affectations distinctes , l’une liée à l’exploitation agricole, l’autre destinée à la résidence du maître des lieu : un palais comportant un portique monumental, des cours intérieures et,  ainsi qu’il était d’usage, un vaste ensemble thermal. Enfin,  de somptueux jardins agrémentaient cet ensemble exceptionnel.
Les travaux d’Hercule apparaissaient sous formes de remarquables sculptures que l’on peut imaginer intégrées au niveau supérieur des murs d’une vaste salle ou d’un portique de la villa. Elles devaient apparaitre très expressives revêtues de couleurs vives  aujourd’hui effacées par le temps. Toutes ces scènes sont composées tel un tableau rapportant une des épreuves  célèbres infligées au héros  pour racheter ses fautes. D’une finesse de détail remarquable et restaurées avec soin, ces sculptures font la fierté du Musée Saint- Raymond. le sanglier d’Erymanthe, faisant partie du 4ème travail, capturé à l’issue d’un combat fantastique par Hercule, y figure en bonne place, comme l’enlèvement de Proserpine et autres prouesses de notre Héros...

                    les Travaux d'Hercule...

             

Les amateurs de collections d’antiques, comme les curieux en quête d’insolite, sans oublier les passionnés de l’Histoire du Grand Sud, seront comblés lors de leur visite dans ce temple de la mémoire que représente l’exceptionnel Musée Saint Raymond.

Musée Saint Raymond, musée des Antiques, Place St Sernin, 31000 Toulouse.

Il est à noter que la villa de Chiragan voisine avec une autre propriété romaine, celle de Montmaurin.


                                                                        Lien principal :
http://www.saintraymond.toulouse.fr/
                            "Chiragan" au Musée Saint-Raymond :
http://museesaintraymond.toulouse.fr/index.php?section/21/-La-villa-romaine-de-Chiragan

 

         La librairie :

                     

Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane). I – Les portraits romains. 1. Époque julio-claudienne, par Jean-Charles Balty et Daniel Cazes, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2005, 210 p. Ce volume est premier de la série des catalogues raisonnés des portraits romains découverts dans la célèbre villa de Chiragan à Martres-Tolosane (Haute-Garonne) et conservés au musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse. Sommaire : Histoire d’une collection : de la naissance du Musée des Antiques de Toulouse aux portraits julio-claudiens de Chiragan – Catalogue : Auguste, Tiberius Gemellus (?), Inconnus, Antonia Minor, Tibère. Par Jean-Charles Balty et Daniel Cazes, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2005, 210 p.

Sculptures antiques de Chiragan (Martres-Tolosane). I – Les portraits romains. 5. La Tétrarchie, par Jean-Charles Balty et Daniel Cazes, Toulouse, Musée Saint-Raymond, 2008, 152 p. Ce volume est second de la série des catalogues raisonnés des portraits romains découverts dans la célèbre villa de Chiragan à Martres-Tolosane (Haute-Garonne) et conservés au musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse.
Sommaire : Histoire d’une collection : de la naissance du Musée des Antiques de Toulouse aux portraits julio-claudiens de Chiragan – Catalogue : Auguste, Tiberius Gemellus (?), Inconnus, Antonia Minor, Tibère.