Arrow
Arrow

Articles

Toulouse livres anciens aux enchères

Écrit par Administrateur. Posted in Littérature et bibliophilie

Toulouse livres anciens aux enchères                      

Nous avons appris qu’une vente aux enchères de livres de qualité était annoncée le jeudi 27 avril chez Primardéco, établissement réputé de la ville rose. Il n’en fallait pas plus pour qu’avec ce beau temps printanier nous nous y rendions…

Un beau catalogue pour les amateurs et collectionneurs de livres anciens et modernes était proposé, mais également des lettres et manuscrits autographes.  L’expert désigné pour cette vente, Mr Roger Roques, libraire réputé de la ville rose était présent. A l’heure précise, sous le marteau  alerte de Maître Colonges débutaient les enchères.

Parmi les livres anciens, on a remarqué le curieux « Testament de Lucifer » de Pierre Gringore imprimé à Paris en 1845 illustré de 2 belles vignettes sur bois adjugé à 100 € , ainsi que « Les Légendes infernales » du fameux Collin du Plancy, Plon Paris 1861 avec 2 autres livres, « Légendes de l’autre Monde et Légendes du Juif errant », le lot adjugé pour la modeste somme de 90 €. Une belle édition des « Misérables » de Victor Hugo illustrée par Brion imprimé chez Hetzel et Lacroix à Paris, 1865, a fait le plaisir d’un bibliophile pour un montant de 1800 €, dépassant largement une estimation haute à 1500 € ; il faut dire que cette première édition illustrée était accompagnée d’une lettre autographe de Victor Hugo signée et datée de Hauteville House datée du 23 octobre 1866, priant Mr Hetzel «… de bien vouloir remettre à Mr Piedagnel… »

 Parmi les manuscrits, sur velin en Français et enluminé daté du milieu du XIX è, un Missel et Messe de Mariage, à l’imitation de ceux du XIV ET XV è siècles était proposé « d’une exécution parfaite par Emma Boyer ».  Celui-ci a été adjugé pour 2500 €.

Mais le record de cette vente a été atteint par une lettre autographe réalisée par le célèbre Vrain-Lucas Denis 1816-1881)…

Celle-ci adressée à Mademoiselle de Gournay, Femme de lettres et amie de Montaigne aurait émanée de Galiléo Galiléi. « … à l’encre jaunâtre, sur un papier vergé artificiellement vieilli… » Rappelons que ce célèbre et fascinant faussaire vendit plus de 27000 fausses lettres au mathématicien Michel Chasles (Membre de l’Académie des Sciences) pour la somme de 140000 franc-or de 1877… Celui-ci, bon client, donnera un essor sans précédent dans les annales à la réécriture de l’Histoire ; ainsi, Platon, Pascal, Newton, Galilée, Virgile et tant d’autres entreprendront de corriger quelques vérités historiques, et ce encouragé par le mathématicien communiquant allègrement semaine après semaine à l’Académie ses découvertes extraordinaires. César, Vercingétorix, Cléopâtre et Ponce Pilate seront naturellement impliqués, ainsi que Lazare le ressuscité et notre bonne Marie Madeleine, croquée à toutes les encres depuis, -était-ce une première ?- et par des plumes pas toujours honnêtes…

Toujours avec des vieux papiers frisant la perfection et en vieux François, «… Echafaudant une des plus gigantesques mystification de l’histoire des lettres et mobilisant pendant plus de deux ans la communauté scientifique… » Le procès qui s’ensuivit attira un énorme public et donna lieu à un immense éclat de rire. Ce faussaire hors norme à la fécondité incroyable ajoutée à la crédulité du savant reste une énigme et  a été relatée dans le premier livre consacré à cette affaire par Bordier et Mabile en 1870. Alphons Daudet quant à lui en fit un roman, L’Immortel. Les autographes de Vrain Lucas sont devenus très rares, la plupart ayant été détruits par l’autorité judicaire ; celui-ci a atteint la somme de 2800 €, parti d’une estimation haute de 2000 €.

La vente s’est poursuivie avec des ouvrages divers de Jules Verne dont un bel exemplaire du « Tour du Monde en 80 jours, collection Hetzel « Percaline rouge, décor à l’éventail, au rameau d’olivier et une tête d’éléphant, dos au phare » adjugé à 120 € seulement… Le Village aérien quant à lui adjugé pour le prix raisonnable de 140 € ; les Aventures du Capitaine Hatéras et l’Agence Thomson and co  pour leur part ont fait le bonheur d’un acheteur pour 80 €. Soulignons que divers ouvrages de l’auteur, faute d’enchères  ont été retirés de la vente, dont le célèbre Clovis Dardentor tant prisé par les amateurs de l’histoire de Rennes-le-Château.

Une belle  et très intéressante lettre autographe signée de Jules Verne à Amiens et  datée du 9 février 1886 faisait aussi partie de l’offre : celle-ci destinée à son illustrateur Léon Bennet, à propos de l’Albatros, la machine volante de Robur le Conquérant,  expliquait par un croquis que cette machine devait être à fond plat…  Et son auteur de rajouter : « Selon votre dessin, il a un peu l’air d’être en V… Voyez si vous pouvez remédier à cela. Quant à l’effet général, fantastique et imaginaire, je le trouve excellent ; vous avez raison de ne le montrer que dans ces conditions, pour qu’on ne l’examine pas de trop près. » Rappelons que le grand écrivain accordait une attention particulière aux illustrations, s’y impliquant en maintes occasions croyant fortement déjà au pouvoir de celles-ci pour renforcer l’imaginaire de ses récits…

Cette lettre a atteint la somme méritée de 2800 € plus les frais…

Pour conclure pour ceux désirant se documenter sur le célèbre auteur, plusieurs ouvrages étaient proposés en lot, dont le fameux « Le très curieux Jules Verne » de Marcel Moré, Gallimard 1960 et le « Problème du Père « dans les Voyages extraordinaires du même éditeur ; deux livres incontournables pour une étude raisonnée en dehors des fantasmagories proposées par certains adeptes du grand secret trésoraire dont le grand écrivain aurait été un initié… mais ceci est une autre histoire.

  Etaient donc proposés également de Louise Michel et Jules Verne d’Hemday, « Les Œuvres  de Jules Verne « de Sigaux et Martin Ed Rencontres Lausanne et pour terminer, « Jules Verne, sa vie son œuvre » par Allote de la Fuye KRA 1928 ; cet ensemble de 6 ouvrages en bon état a été adjugé pour la très modique somme de 70 €, une affaire reconnaissait un connaisseur.

Le lecteur trouvera dans nos colonnes un ancien reportage sur une vente qui eu lieu le 7 novembre 2010 « De biens beaux livres anciens à Toulouse » Nous tâcherons à l’avenir d’être plus présents dans ce genre de manifestation…

143 ouvrages et documents ont donc été dispersés faisant la satisfaction d’amateurs et de bibliophiles  présents dans la salle ou enchérissant parfois par téléphone.

Une bonne après midi en somme…

Michel Azens